Petites Soeurs deJésus - Irlande

 

 


Un mois en Irlande, avec Hanny Paula


Cadeau merveilleux que ce mois en Irlande ! à la fois pour partager un peu la vie des petites sœurs là-bas et aussi pour un temps de silence et de réflexion. De quoi faire une coupure d’avec les journées bien remplies à la fraternité d’Aubonne.

Le 31 mai, l’avion d’Air Lingus, avec le trèfle comme emblème, me rappelle que je vais dans le pays de saint Patrick, considéré comme l’évangélisateur de l’Irlande au 5e siècle. On dit  qu’il utilisait le trèfle comme symbole pour parler de Dieu Trinité aux gens. Cliquer pour agrandir
  Lieu où S. Patrick aurait débarqué
Les 3 Petites Sœurs qui m’accueillent vivent près de Downpatrick : Emiko, japonaise, Asia, polonaise, et Hélène Renée française.
Cliquer pour agrandir

Faire communauté ensemble de cultures si différentes représente un vrai défi. Chacune avec ses dons et ses affinités participe à la vie des « cross-communitys », groupements intercommunautaires dont le but est de promouvoir la paix entre les différentes communautés chrétiennes. Chaque petite sœur a aussi des engagements particuliers.

Devant le mobile home  
Cliquer pour agrandir La « fraternité » est située à côté d’un ancien aéroport de Royal Air Force. Quand les militaires sont partis il y a trente ans, les maisons étaient vendues à bas prix : constructions en béton, alignées, qui donnent un sentiment d’austérité. A l’époque, beaucoup de familles quittaient Belfast, à cause des troubles et de la violence. La plupart sont catholiques.
Je découvre des gens vaillants, chaleureux, « capables de gaieté et d’un humour un peu âpre… »  malgré de dures épreuves et une vie difficile.

J’ai apprécié, pendant ce séjour, de passer les matinées dans un mobile home, aménagé par les petites sœurs à côté de leur maison. Moments consacrés à la prière et à la méditation de l’évangile de saint Jean.

J’ai aussi été accueillie pendant une semaine dans un monastère bénédictin, dans les Mourne Mountains, monastère construit il y a une dizaine d’années par des moines venus du Bec-Hellouin(Normandie). Ils consacrent leur vie à la louange et la prière d’intercession pour l’unité. A l’entrée, je suis frappée par une très grande icône de la Résurrection. A l’intérieur, beaucoup d’autres icônes et un silence bienfaisant invitent à la méditation.

Les Petites Sœurs me font connaître leur vie et leurs amis(es). Asia travaille dans un pub irlandais ou j’ai l’occasion de vivre une soirée avec la musique et des chants du pays. Emiko fait du ménage au « Glebehouse », une maison qui accueille des groupes depuis 1975, dans le cadre d’un programme de paix de l’Union Européenne. Le but : travailler à construire une société de paix, de justice, dans le respect  de chaque personne. 

Là aussi je passe un dimanche de fête et la soirée du 21 juin (« midnight summer ») goûtant à la musique, aux danses et autres coutumes.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Le pub
Les musiciens...
 

Hélène Renée est plus spécialement proche des personnes qui se retrouvent à « Mustard Seed » (le grain de sénevé dont parle l’évangile de Marc 4, 26-34. Il symbolise la confiance mutuelle à faire grandir, à partir de nos différences, en vue d’une vie nouvelle). C’est un lieu où  les gens peuvent manger, se retrouver pour des activités diverses, et aussi prier ensemble. Ce sont souvent des personnes qui portent les séquelles d’un passé douloureux.

Pour moi, que de choses à découvrir durant ce mois ! D'abord le rythme de vie : beaucoup plus de souplesse qu’en Suisse…. La région, très peu peuplée, avec des pâturages de moutons, toujours entourés de haies, et la proximité de la mer avec une petite île où des moutons paissent tranquillement, impression d’être aux jours de la création… « Dieu vit que c’était bon » (Genèse 1, 31).

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir
C’est très vert, mais les activités humaines n’ont pas marqué  le paysage et ça me frappe beaucoup : pas de lignes électriques, de grands routes... Par contre, là où il y a des habitations, de jolis cottages souvent, ils sont entourés de beaux jardins et  même des palmiers qui poussent au milieu de conifères.

A Belfast, que j’ai l’occasion de visiter, les grands murs qui séparent les communautés xx sont toujours présents. En les voyant  je pense à Barak Obama qui, il y a peu, rappelait aux jeunes de cette ville que « l’avenir est dans leurs mains » : qu’ils puissent construire leur pays dans la paix et la justice sociale.

Liens :
l'Irlande du Nord
Saint Patrick
Monastère bénédictin (anglais)

Retourretour