Le pape à Genève - Petites Soeurs de Jésus

 

 

Le 21 juin, le pape François était à Genève au Conseil Œcuménique des Eglises.  
Il a aussi célébré une messe dans une grande halle d’exposition à laquelle des petites sœurs ont participé.

Palexpo, 21 juin, la foule attend le pape avec impatience | © Bernard Litzler

Deux petites sœurs de Genève livrent quelques impressions.
Jacqueline :
« Une fois franchi le seuil de Palexpo, mes réserves et mes craintes ont commencé à
se dissiper : je n'avais pas été bousculée, ni étouffée par la foule !

Autour de moi une véritable armée d'anges vêtus de jaune, garçons et filles, sillonnaient ces grands espaces pour nous orienter, nous acheminer vers notre place, nous accueillir avec un grand sourire, nous pourvoir d'eau, répondre à nos questions, nous aider à patienter car l'attente promettait d'être longue, etc.

Des bénévoles oeuvrant pour la bonne organisation de la messe | © Bernard Hallet

Infatigables ces volontaires dans leur service qui a duré toute la journée! Merci, les jeunes, pour votre joie qui redonne au monde de la vigueur et de l'espérance!

Je garde comme une lumière trois paroles du pape durant son homélie : PERE, PAIN, PARDON. Quelle  belle manière de "concentrer" la prière que nous disons tous les jours avec Jésus, et de consoler le monde! Non, notre monde n'est pas orphelin, il est aimé de Dieu; il n'est pas voué à la faim, mais invité au partage; il n'est pas non plus livré à une violence sans limite : le pardon aura le dernier mot! »

Carmen :
J’avais une petite appréhension à la pensée de côtoyer tant de monde, mais  je ne me suis pas sentie coincée au milieu de cette foule de 37’000 personnes, de tous pays. Que de regards croisés avec des gens connus ou inconnus, de la paroisse ou d'ailleurs, tel un groupe immense de jeunes venus de France voisine. La joie était sur tous les visages ! Sans le savoir nous étions placés  derrière les barrières où le pape allait passer. J’ai encore du mal à réaliser qu'il était tout à coup à un mètre de moi.

Ce qui m'a frappée c'est, après le brouhaha de son arrivée, la ferveur et le silence qui ont régné pendant la messe. Et le langage simple et limpide de son homélie dans laquelle le pape dit : " Ne nous fatiguons pas de dire "notre père", cela nous rappellera qu'il n'existe aucun enfant sans père, et donc qu'aucun de nous n'est seul dans ce monde".

Au tour d’une petite sœur d’Aubonne, Jeanne-Elia, d’en parler :

L’ambiance est très chaleureuse. Avec ma voisine de chaise, nous avons l'impression de nous connaître depuis toujours et échangeons amicalement.

On sent les participants ouverts à la rencontre, heureux d’être là ensemble, d’origines si diverses, petits et grands, animés par un même souffle, un même Esprit ?

Petits et grands ont fraternisé | © Raphaël Zbinden

J’ai aussi été touchée de voir tous les jeunes qui se sont investis à fond pour assurer le succès de cette rencontre.

Lien : Revivez la visite du pape François à Genève

Retourretour