Charles de Foucauld - canonisation

 

 


Charles de Foucauld prochainement canonisé, des petites sœurs de la région disent ce qui les a marquées chez lui, et comment il les interpelle encore aujourd'hui.

De l’explorateur du Maroc...

... au CHERCHEUR de DIEU,
au PROPHETE

Pour moi, frère Charles était un chercheur de Dieu : "Dès que j'ai compris que Dieu existait, je ne pouvais vivre que pour lui". Sa constance dans sa décision de suivre Jésus m'aide encore aujourd'hui. Et,  plus tard, sa réflexion sur "Ceci est mon Corps, Ceci est mon Sang" lui fait dire : « Avec quelle force on est appelé à chercher Jésus dans les petits, les pécheurs, les pauvres".
Cela m'oblige!  (Une petite sœur de Copenhague)
ligne

Frère Charles m'a attirée, étant jeune, par sa longue et courageuse recherche de Dieu, sans a priori, là où il voyait une lumière, dans les personnes et leurs traditions religieuses, dans l'Evangile, dans des témoins qui l'ont guidé, dans des personnes précarisées. Il a ainsi découvert Dieu et son Amour, qu'il a voulu faire sien dans le concret de la vie. (Cécile Jeanne, Bruxelles)
ligne

Ce qui m’aide le plus dans mon engagement à la suite de Frère Charles c’est sa longue évolution personnelle, son parcours de « Vicomte » à « petit frère de Jésus ».
Par son partage concret avec les moines trappistes puis avec les Touaregs, il réalise au quotidien ce qu’est la Bonne Nouvelle, ici et aujourd’hui.
Actuellement, cette recherche de sens me parait plus nécessaire que jamais. (Lisbeth, Liège)
ligne

Pour moi, Frère Charles est un prophète. Il était très doué, entier, avec au cœur une soif d'amour.
Il a été touché par la foi des musulmans au Maroc, par la bonté et le respect de sa cousine,
par la miséricorde de Dieu à son égard, le suscitant à l'imitation de Jésus, le conduisant à
vivre une relation d'amitié et de respect avec ses frères et sœurs musulmans, les appréciant, mettant en valeur leur culture, donnant sa vie au milieu d'eux, désirant être le frère universel. (Anne Francine, Bruxelles)
ligne

Frère Charles : un AMOUR FOU pour JESUS

« Jésus le modèle unique » écrit-il dans une lettre à l’abbé Huvelin. C’est ce qui m’a touchée : cet amour passionné pour Jésus de Nazareth et son Evangile.
Son désir de le suivre radicalement, concrètement, à la recherche de ses frères les plus lointains et par sa vie témoigner de l’Amour du Père, se faisant leur frère et ami, dans le respect de leur culture. (Lina, Berne)
ligne

Je vois une continuité dans l'appel reçu il y a 45 ans. Une des intuitions de frère Charles c'est son amour, sa passion pour ce Jésus, Fils de Dieu, l'un de nous, ayant vécu 30 ans à Nazareth, incognito, donnant ainsi de la valeur à la vie ordinaire. Là est ma source, mon stimulant....
C'est aussi cette présence de frère Charles au milieu des Touaregs en Algérie : il veut fraterniser avec chacun, musulmans, chrétiens, esclaves, être le frère universel.

Présence à Dieu, présence au monde,  gratuité dans l'amitié, être avec...
(Eliane, Aubonne)
ligne

Ce qui m'avait frappée chez Frère Charles, lorsque j'ai entendu parler de lui la première fois (j'avais 16 ans, je crois), c'était son amour fou pour Jésus, sa conversion si soudaine au confessionnal de l'abbé Huvelin. Lui qui avait mené une vie peu louable est prêt à tous les sacrifices pour suivre Jésus.
Puis, peu à peu, le connaissant mieux, j'ai été frappée par l'attention qu'il avait pour tout être, considéré comme son frère, sa sœur, étant prêt, comme Jésus, à mourir pour lui.

Comme Frère Charles, j'aimerais avoir cet amour pour Jésus et pour mes frères et sœurs. (Madeleine Yvonne, Amsterdam)
ligne

Pour moi frère Charles est tout au début de ma vocation. Il y a exactement 40 ans quand j’ai lu sa biographie. Son désir de devenir un frère  parmi les Touaregs m’a attiré. Et j’ai été vraiment convaincue par une lettre qu’il a écrit Noël 1907 à Mme de Bondy :
"Noël. Cette nuit, pas de messe, pour la première fois depuis vingt-et-un ans. Que la volonté du Bien-Aimé se fasse. Il y a trois mois, plus de trois mois que je n’ai reçu des lettres…"
Et dans une autre lettre : "La prière m’est difficile…"
"Pas de frères et sœurs du Sacré-Cœur de Jésus (il espérait des disciples)"…
"Mon Dieu, tu es là, je ne crains rien, je te bénis de tout, car tout vient de ta main !"


C’est vraiment cette fidélité qui m’a touché le cœur et je voulais devenir une petite sœur, comme Frère Charles a tellement désiré ! (Elisabeth Franca)
ligne


Frère Charles : ami des pauvres - Frère universel


Frère Charles : un regard, un visage - Pauvre, dépendant des pauvres

Retourretour