Petites Soeurs de Jésus - Nouvelles des fraternités

 

 

Tour d'horizon : quelques nouvelles de fraternités de notre région

De  Suisse, Bienne  :

Durant mes promenades matinales au lac j’ai rencontré Patricia, mexicaine mariée à un suisse. Le « bonjour » initial s’est élargi à un partage sur nos vies. Parfois nous marchons simplement en silence. Ensemble nous avons eu la joie de voir souvent le castor.

Étonnante rencontre et je sens avec Patricia comme une communion avec la nature et l’humanité tout entière.

C’est une photographe passionnée et passionnante de la nature et dans son site web elle écrit : « C'est comme si chaque image capturée était à nouveau remise en liberté et inondait de son essence le cœur des personnes qui m'entourent. »

Photo: Patricia Summermatter Diaz/https://elpadiro.ch/

Après presque quatre mois où je suis davantage restée à la maison, joie de « redécouvrir » Bienne avec ses parterres fleuris, des rues animées et des visages familiers. La ville a fait mettre un peu partout au bord du lac de nouveaux bancs et tables. C’est sympa et utilisé par beaucoup de monde..

Devant notre porte d’entrée il y a parfois des surprises : miel, fruits ou fleurs. Dommage que nous ne connaissions pas toujours les donateurs. Ces petits signes font du bien et nous essayons à notre tour de donner autour de nous.

En juillet les rencontres avec les sans-papier ont repris pour Mariam et moi.  (Maria Ursula)

Du Danemark, Om  :

Après le confinement les amis sont revenus peu à peu. D’abord sur le pas de la porte, toquant timidement ... le printemps étant là, la douceur des températures aussi, notre véranda, spacieuse et aérée, nous a offert un lieu adapté aux retrouvailles.

Les premiers temps autour d’un café puis pour un repas. Comme beaucoup l’ont fait remarquer, il y a une autre façon de proposer et/ou d’accepter une invitation. La crainte, les risques suivant la situation de santé ... ne sont pas uniformément partagés. La relation de confiance cherche à s’ajuster, trouver comment se manifester, s’enrichir  ...

… La « Poustinia » (ermitage) a repris du service. Des visiteurs n’ont pas pu venir, mais d’autres sont arrivés, profitant soit de l’accalmie, comme les trois petites sœurs de Copenhague pour leur retraite, soit de la réouverture des frontières, comme Benoît, un ami, curé près d’Aix en Provence, venu goûter le repos de la nature. Nous n’avons pas été privées de célébrations eucharistiques cet été, y compris à domicile…

Comme chaque été, nous nous réjouissons de la récolte des légumes et des fruits, de leur préparation pour l’hiver, de la confection des confitures ... auxquelles nous participons toutes les quatre. De la palette de couleurs des fleurs. De la lumière qui dore les herbes au soleil levant et couchant. Des chevaux broutant dans les champs voisins avec les deux poulains nés en juin et l’attente du troisième. Les oies sauvages commencent à se rassembler et sillonner le ciel  ... invitation à célébrer peut-être encore plus intensément la beauté de la Création et la bonté du Créateur. A le supplier de « donner toute grâce en abondance » (2 Corinthiens 9,8) à ceux qui sont éprouvés durement par toutes sortes de  maux ...

De Suède, Stockholm  :

Ces derniers temps, profitant de l’été, nous avons reçu des amis dans la cour mais aussi parfois à la fraternité, une personne à la fois, dont une jeune fille iraquienne, petite nièce de ps Elishua. Merna est dans les responsables des jeunes catholiques du pays et voulait savoir qui on était et ce qu’on faisait. Elle connaissait surtout frère Charles.
  Première visite dans la cour

J’avais envie de vous dire que nous avons été très contentes de notre retraite, de bonnes vacances avec le Seigneur. Pour Ursula et moi dans une belle nature et un cadre bien suédois à Marielund, un centre diocésain. Un groupe d’enfants luthériens avec une bonne ambiance et un groupe de Focolari qui faisait leur Mariapoli « online » donc peu nombreux et silencieux... Nous ne les rencontrions qu’aux repas qu’on prenait à 2 par table. Les 3 premiers jours, avec une température de 30° j’ai pu nager dans le lac !

Depuis un certain temps un prêtre chaldéen célèbre chaque jour à l’église protestante du quartier, 3 jours en chaldéen et 2 jour en rite latin. Nous complétons notre connaissance des Églises orientales... Le diocèse a acheté une église pour les Syriaques, pas très loin d’ici mais pas facile d’accès pour les messes matinales. (Mireille Chantal)

De Finlande, Tempere :

Oui, la vie est tellement autre depuis 6 mois, et marque douloureusement les relations, les activités. Comme disait un paroissien: ”Toute la vie sociale entre les paroissiens est coupée”.

La solitude marque la vie de beaucoup de gens, et des lieux comme Mummon Kammari où se rencontrent des femmes pour diverses activités auxquelles participe Marguerite Geneviève, reste encore fermé et cela fait long pour bien des personnes. Heureusement avec quelques-unes elle garde des liens téléphoniques pour échanger des nouvelles et rompre la solitude. Et si tout se passe bien le centre pourra fonctionner à nouveau en octobre.

Dernièrement, nous étions au baptême d’un petit Abraham, de parents pakistanais. La maman Rakhal est venue apprendre le finnois chez nous au début, mais elle a eu beaucoup de problèmes avec la grossesse et n’a pas pu continuer. Nadim, le papa, depuis 13 ans en Finlande a bien voulu réunir pour cette occasion famille et amis. Une grande joie!

Retourretour