Kenya - Dora Linda

 


Dora Linda au Kenya :

Depuis un an et demi je suis dans la capitale, à Nairobi. Tout le monde y est très occupé à gagner sa vie et j’ai mis du temps à connaître les gens.

Toutes les tribus du pays sont présentes à Nairobi ce qui peut créer des situations de tension. Comme travail, je m’occupe du quotidien de notre fraternité. Je vais aussi voir des malades à l’hôpital voisin, ainsi que des prisonniers. Une fois par semaine je participe à la réunion d’une communauté de base.

Dans ta fraternité vous êtes de plusieurs nationalités. Comment vivez-vous ce défi ?

- Oui, nous sommes 7 Petites Sœurs de quatre nationalités. C’est un grand enrichissement personnel, à condition de savoir chacune lâcher prise…

Dans la prière communautaire, comme dans l’adoration silencieuse, je porte au Seigneur tous mes frères et sœurs et c’est là que je trouve chaque jour la force pour vivre dans l’amitié, le respect de chacun.

Chapelle de la fraternité



Peux-tu parler des autres fraternités du Kenya ?

- Il y a cinq fraternités au Kenya, dont trois à Nairobi : une fraternité régionale (la « maison de famille »), une fraternité d’étude et une petite communauté insérée dans la banlieue; une fraternité rurale à Kericho où tout le monde vit du travail de la terre et à Kajiado, en terre massai, la fraternité est plutôt orientée vers la prière, avec l’accueil de petites sœurs d’autres fraternités pour un temps de retraite, silence...

Les petites soeurs du Kenya

Nous sommes 24 Petites Sœurs au Kenya, de huit nationalités : Kenya, Rwanda, Ethiopie, Nigeria, Cameroun, France, Suisse, Ile Maurice. Nous essayons de gagner notre vie avec des travaux de couture, raccommodages, tricot; certaines fabriquent des bougies et des cartes. L’une de nous travaille avec les malades du sida dans un quartier très pauvre de Nairobi, une autre avec les réfugiés et une est employée dans un bureau.