Petites soeurs de Jésus - Irlande

 

 

Hélène-Renée : en Irlande, après une vie avec les forains en Suisse

- Hélène-Renée tu as vécu de longues années avec les forains, à Versoix et un peu partout en Suisse. Aujourd’hui tu es dans une fraternité en Irlande du Nord, peux-tu nous décrire ton nouveau lieu de vie ?

- Notre  fraternité est donc dans la partie nord de l’Irlande – l’Ulster – qui est sous la dépendance de l’Angleterre.

Elle est située dans une zone rurale, au sud de Belfast, dans ce qui fut longtemps une base (une caserne) de la Royal Air Force. Quand l’armée a laissé cette base, les logements ont été vendus très peu chers à des familles catholiques qui voulaient quitter Belfast, à cause de la situation de troubles et de violence qui y régnait alors.
La fraternité se trouve dans la région qui a accueilli saint Patrick au 5ème siècle.

 

- Dans une de tes lettres tu écris :

- Il y a encore des murs dans la ville de Belfast car le processus de paix demande beaucoup de temps. On ne passe pas si vite de la violence à la paix, de la peur à la confiance… Mais depuis un an, on a plus d’espoir qu’un changement est possible !

- Comment cette situation (violence et recherche de la paix) se répercute dans ton propre vécu ?

- Nous vivons quatre petites sœurs ensemble : Japonaise, Polonaise, Irlandaise et moi-même, Française.

Chacune a son tempérament, sa propre culture  et cela se manifeste dans la vie ordinaire !
Par exemple, “être maîtresse de maison “ (laver la vaisselle, ranger le linge,  cuisiner  etc.) Ou bien c’est moi qui impose ma manière de faire…et l’autre doit se plier -  et “obéir” - ou bien je la laisse faire et je découvre une autre voie ! ma manière n’étant pas forcement la seule et la seule qui soit bonne.

Cliquez pour agrandir

Dans ce cas, j’accepte de “lâcher “ un peu de mon “pouvoir” (pouvoir que je crois avoir !) A cause de mon histoire personnelle - en famille - j’ai pris l’habitude de “gouverner” et de dominer.
 Aujourd’hui, quand l’autre “prend le pouvoir “ dans les détails de la vie ordinaire, certains jours je me rebelle ! Mais peu à peu j’ai appris à valoriser la différence dans la manière d’agir.

Vivre ensemble m’a appris à estimer l’autre, à comprendre pourquoi elle agit ainsi, son histoire, sa mentalité…et l’estime que j’ai pour elle me pousse à lui laisser plus de place.

Les temps de prière me donnent une distance et me permettent aussi de faire le lien avec la situation  politique dans laquelle nous vivons…

Prier me donne aussi le courage de marcher sur ce chemin de “non-pouvoir” et d’estime de l’autre.

L'Irlande dans Wikipédia

Février 2009