Petites soeurs de Jésus - Avec des personnes âgées

 



Marie est décédée en décembre 2011, mais son vécu dans une maison de personnes âgées garde toute sa saveur évangélique. Deux autres petites soeurs y vivent actuellement dans le même esprit de partage, de présence amicale.

Tu vis dans une maison pour personnes âgées à Genève depuis 6 ans et tu en as 88, pourquoi ce choix ? Tu aurais pu rester dans une « fraternité » avec tes sœurs ?
- C’est vrai, mais j’ai été amenée à penser à nombre de femmes, d’hommes vivant dans des maisons de personnes âgées, non par choix mais par obligation, poussés à faire ce pas douloureux qui consiste à quitter son chez soi, son entourage, ses habitudes pour vivre en communauté avec des inconnus. Et j’ai souhaité partager le quotidien de ces personnes vivant cette « pauvreté-là », car c’est bien dans la ligne de ma vocation de prière et d’amitié. Ici, je trouve effectivement ce que je désirais : je suis une résidante parmi les 430 autres, comme les autres, soumise aux mêmes horaires, conditions de logement, nourriture etc.
Justement, la prière, l’amitié, comment les vis-tu aujourd’hui ?

- Pour ce qui est des contacts amicaux, je me laisse porter par toutes les occasions. Celles-ci sont fréquentes : aux repas, dans les couloirs, lors des animations, etc. Attentive et disponible, sans programmer mes rencontres, en étant à l’écoute – chose essentielle – de chacun afin qu’il se sente à l’aise pour dire son ennui ou son amertume, ses soucis ou problèmes de santé, sa peur de la mort, comme aussi ses petites joies ou simplement sa préoccupation pour son chat ! En particulier, j’aime me retrouver après les repas avec plusieurs personnes de mon étage qui s’attardent dans notre couloir pour un moment très convivial.

J’apprécie aussi de participer à un atelier de bricolage où règne une sympathique collaboration. Les anniversaires, les séjours en hôpital, les deuils sont aussi occasions de signes tout simples d’amitié.

Quant à la prière, je passe généralement les matinées dans mon studio ou à la chapelle de la maison dans le silence : moments très importants pour « être là », tout simplement, à l’écoute du Seigneur, pour me tenir silencieusement avec lui, Jésus, et avec tous ceux qui font partie de ma vie ici, ainsi qu’avec le monde entier. C’est là que je vis l’essentiel de ma présence dans cette maison.


Visites de l'extérieur, téléphones, rencontres entre petites soeurs, autant d'occasions
de partage.

Une autre petite sœur : Marie-Catherine, a aussi choisi de vivre dans cette maison. Est-ce que vous êtes dans la même chambre et à table êtes-vous ensemble ?
Marie et Marie-Catherine - Petite sœur Marie-Catherine est entrée en même temps que moi, mais nous avons choisis nos studios à des étages différents et, à la salle à manger, nous sommes à des tables différentes, pour être mieux insérées, chacune, parmi les résidants. Ceux-ci savent pourtant que nous appartenons à la même communauté religieuse.
Ensemble, nous avons de fréquents échanges tout spontanés et régulièrement des moments de prière.

Vieillir fait souvent peur. Comment accueilles-tu cette étape de la vie ?

- Vieillir ne me fait pas peur, je considère que c’est une évolution normale. Mais ce qui me fait peur par contre, c’est le risque de m’affadir à cause d’un certain épuisement, des handicaps physiques, d’affaiblissement cérébral. Je pense aussi beaucoup à la mort, paisiblement, sans me demander comment ni quand elle interviendra. Je perçois surtout que je vais vers LA VIE.

Marie et Marie-Catherine
Juillet 2005
retour