"Il faut aller vers les gens avec une amitié "gratuite" qui aime sans chercher de retour, sans calculer les résultats obtenus."
(P. Sr Magdeleine)

Christine, à la cuisine-cafétéria d'une maison de personnes âgées :

un monde parfois un peu marginalisé, dans une société qui prône la performance, le succès, la jeunesse....
Il y a là 25 résidents, hommes et femmes, mais surtout des femmes. L'âge moyen se situe autour des 90 ans. C'est dire que la plupart sont assez dépendants.

Christine raconte : "Ils ont leurs habitudes que j'essaie de connaître et de respecter : la position d'une chaise, telle tasse plutôt qu'une autre, leurs goûts en matière de nourriture et de boisson.

Suivant mes horaires, je sers le petit déjeuner, le dîner ou le souper ... L'après-midi, le goûter.
Il faut travailler vite, mais l'attention aux besoins de chaque personne reste prioritaire à mes yeux. Que chacun et chacune se sentent compris, aimés.
Je prépare les tables...
fais la vaisselle.
Avec les collègues, les contacts sont empreints d'amitié, d'humour parfois.

Le cuisinier est français, sa remplaçante suisse, mes 2 collègues cambodgienne et portugaise. A travers le personnel soignant et d'entretien, qui change souvent, c'est le monde entier que je côtoie. Occasion de partager un peu de ce qui fait la trame du quotidien..."

A la fraternité de Genève, avec Christine il y a Françoise et Maria-Carmen. L'une et l'autre font des ménages et, à la maison, la porte et le coeur sont ouverts à celles et ceux qui viennent partager soucis et joies, prendre le café, un repas. Les échanges vont du matériel au spirituel ! 2 autres petites soeurs, Marie et Marie-Catherine, vivent dans une maison de personnes âgées.


Mars 2005
retour