Claire-Iris, petite soeur de Jésus

 

 

Des fraternités aux visages variés :

J’ai d’abord dû m’habituer à un changement radical de vie !

Après quelques semaines je suis arrivée à La Courneuve : grand plongeon dans la vie très colorée d’un HLM, au milieu d’un quartier multiculturel. La présence de la Fraternité  depuis des années permet  un contact plus aisé avec les amis, les voisins : très vite j’ai été reconnue et j’ai pu saluer des personnes aux alentours de notre immeuble. C’est dans cette fraternité que j’ai eu mon premier poste de travail comme salariée, dans un atelier de fabrication de pièces pour les appareils auditifs.


 
au travail

Six mois plus tard j’ai rejoint  la fraternité rurale de Campeaux en Normandie. Là je me suis sentie tout de suite à l’aise, c’est la pleine nature ! Quel contraste avec La Courneuve ! Nous sommes ici dans un milieu assez déchristianisé. Après un travail intérimaire de trois mois en usine (fabrication de pièces de voitures), je me suis retrouvée au chômage. J’ai pu intégrer une association de réinsertion.

 
dans le jardin


Ce fut une belle expérience de vie en groupe. Notre travail était de débroussailler les chemins de randonnées et l’hiver nous plantions des arbres pour reformer des haies.

Pendant cette année j’ai approfondi mon « chemin d’humanisation » en me laissant interpeller par les « petits ».

 

C’est en juillet 2010 que je suis arrivée à Masny, dans le département du Nord. La fraternité est insérée dans une ancienne cité minière, milieu très pauvre qui m’a pris le cœur.

Il faut beaucoup de patience pour faire connaissance avec les voisins. Tout doucement j’ai essayé de comprendre la vie des gens, de me laisser toucher pour remettre entre les mains du Seigneur celles et ceux qui se confient à nous.

J’ai été embauchée dans une association d’aide à domicile. Au fur et à mesure des liens se tissent… mais au moment du départ pour une autre étape, il faut apprendre à tout lâcher en emmenant dans le cœur celles et ceux que j’ai rencontrés.

 

Et « les études », que représentent-elles dans ton parcours à la Fraternité ? Pourquoi faire des études ?

C’est une chance, une grande ouverture pour découvrir l’histoire de notre foi. C’est un beau cadeau que nous fait la Fraternité pour enraciner et élargir nos connaissances. Les thèmes bibliques me parlent davantage. Cette année nous avons approfondi pendant le carême, entre autres, le thème de la Passion de Jésus. Je perçois mieux ce que chaque évangéliste a voulu transmettre et comment cela me parle pour mon aujourd’hui. Les études permettent aussi de connaitre tel ou tel théologien (ne). De me laisser imprégner par l’ambiance de réflexion, de travail, d’échanges entre nous et avec d’autres étudiants (es)…

C'est précieux aussi d'être avec des petites sœurs à la même étape de vie dans la Fraternité, d'approfondir les liens entre nous. Et cela pendant deux ans.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Les petites soeurs d'Angers
... en pique-nique !

Comment vois-tu l’avenir ?

Je  désire vivre le temps qui vient en restant attentive à la présence, en chaque être humain, de Celui qui me fait vivre et qu’il m’est donné de rencontrer.

Liens :
Site des Petites Soeurs de France
Communauté de Grandchamp

retour

P. Sr Gertrud-VeronikaP. Sr Gabrielle-YvetteP. Sr Magdalena-MichiyoP. Sr Maria de LourdesP. Sr LucianaP. Sr MarjolaineP.Sr Maria de LourdesP.Sr Gabrielle-YvetteP.Sr Gertrud-VeronikaP.Sr LucianaP.Sr Magdalena-MichiyoP.Sr Marjolaine