Nouvelles

Quelque chose qui nous ouvre le Ciel

Des yeux qui brillent, un regard qui se voile d’émotion devant un tout petit… ce tout petit c’est Jésus, né il y a 2000 ans et présent encore aujourd’hui sur une étale de marché et dans les cœurs de ceux qui le contemplent.

Un petit stand bien modeste mais qui a suscité admiration et émerveillement :

  • Une jeune maman s’arrête longtemps à regarder le grand petit Jésus de l’étalage… puis elle sort son smartphone pour nous montrer une photo de son bébé qu’elle approche du petit Jésus : « Regardez, ils se ressemblent »… et elle repart toute joyeuse.     
    En effet, ils se ressemblaient.
  • Un homme d’un certain âge reste longtemps devant les icônes. Puis il dit : « Je ne suis pas croyant, mais ces icônes me touchent. J’ai toujours voulu aller à St Pétersbourg ou à Moscou pour participer à ces grandes liturgies orthodoxes et voir leurs icônes … »
  • « Petite, mes parents m’avaient acheté un de ces petits Jésus… je l’ai encore. Je voudrais maintenant vous en acheter un pour ma fille. »
  • Une dame reste très longtemps à regarder la grande crèche… Et puis elle nous regarde et dit : « Ce Saint Joseph est extraordinaire de simplicité, de recueillement, de disponibilité, d’humilité… Je suis bouleversée… »          
    Elle avait les larmes aux yeux et n’arrivait pas à partir.
  • « Jeune mariée, je n’arrivais pas à avoir d’enfants. J’ai acheté un petit Jésus, je l’ai prié très fort, et j’ai eu une fille. Maintenant, j’achète un petit Jésus pour elle. »
    Elle était très émue…
  • Alors que tout était rangé, un homme qui avait un stand un peu plus loin est venu me dire combien il était heureux que nous soyons là sur le marché. « Vous assuriez une Présence, et c’est très important. Quelque chose qui nous ouvrait le ciel… Merci… »                  
    Plusieurs artisans du marché sont venus nous voir et un courant de fraternité est passé lorsque nous sommes allées admirer leurs stands !

Nous avons fait beaucoup de marchés, mais nous n’avions jamais expérimenté un tel enthousiasme des passants devant notre stand, pourtant bien modeste. Nous avons souvent vu sur les marchés, les parents qui tirent les enfants loin du stand, pour qu’ils ne soient pas tentés de demander quelque chose… Cette fois-ci, rien de cela.

Au bout de la table, pte sr Anila proposait aux enfants qui le voulaient, de faire eux-mêmes un petit Jésus ou un mouton. Elle a eu un succès fou, avec autant d’intérêt chez les parents que chez les enfants. Les enfants émerveillés et désireux de faire de leur mieux s’appliquaient sous le regard souvent admiratif de leurs parents.

  • A une petite « Jade » je demande : « qui est Jésus pour toi ? » Réponse : « Dieu » !       
    Je n’ai rien ajouté !
  • Un autre enfant demande de faire un Jésus « plus grand ». Je lui dis que c’est plus difficile, mais il insiste : « C’est pour ma grand-mère ».
  • Matéo lui me dit : « j’aime Jésus » et il en a fait plusieurs !

Comment ne pas penser à pte sr Magdeleine, qui n’a cessé de nous parler du Petit Jésus et de la crèche : « C’est Lui qui manque. Si on le regardait, tout petit, on ne pourrait plus garder de haine dans le cœur… un petit enfant, cela change un foyer, cela change une assemblée. » (Lettres II, p 386).

Dans notre monde si souffrant, si douloureux par les divisions et les guerres, ce message reste plus que jamais actuel.

Vu la faiblesse de nos moyens humains, tout cela n’aurait pas été possible sans l’aide, les encouragements et la prière de nombreuses personnes : petites sœurs et amis ! Merci à tous pour cette belle expérience synodale.

Ptes srs Bernadette-Colette et Anila