Récolte fleurie

Nouvelles

Récolte fleurie

Suite à notre demande, pte sr Dominica-Pascale s’est mis en route pour contempler sa vie. Un bouquet de fleurs en a jailli. Elle nous raconte ce qui a germé dans sa vie ces dernières années.

Première fleur. Actuellement, je vis au Tubet avec un rythme qui me laisse davantage de temps pour le silence, la prière, l’approfondissement de la Parole de Dieu ; temps pour creuser le « goût » pour les choses de Dieu reçu au jour de mon baptême. Nous avons la chance d’être portées par une belle Communauté, dans une ambiance fraternelle apaisée, avec une émulation réciproque, nourries par des échanges sur le plan de la Foi et par ce que chacune partage de son vécu pendant de longues années ailleurs. Je vis tout cela comme un « accomplissement » et c’est une belle fleur !

Une autre fleur est celle de « l’émerveillement » : émerveillement devant la création, les évènements, mais surtout devant ce que Dieu sème dans le cœur et la vie des petites sœurs et des nombreux amis avec qui nous sommes liées. « C’est beau » : je pense que je suis née avec ce mot que Dieu a prononcé en moi à ma naissance et qui ne cesse de se répercuter dans le quotidien de ma vie.

Encore une fleur : celle-ci a eu du mal à s’épanouir et je la sens encore en croissance : l’apprentissage d’une vraie liberté.  Un peu à la fois, les « il faudrait » et « il faut » disparaissent pour faire place à un accueil plus simple des évènements, de la vie, chez moi et chez les autres.

Dans mon bouquet, j’ajouterais une dernière fleur : oui, c’est une belle fleur : la diminution de l’âge avec ce qu’elle entraîne de plus grande faiblesse – voire d’impuissance. De là jaillit quelque chose de nouveau : la bienveillance, la tolérance, la tendresse. C’est encore par elle, la faiblesse, que, par la force des choses, s’installe en moi un peu d’humilité, cette humilité pour laquelle je me suis tant battue et que, maintenant, la vie m’offre comme un cadeau du lâcher-prise.

Et puis, il faut avouer que je garde comme un trésor, comme un champ fleuri, tout ce qui a été vécu pendant 52 ans avec mon peuple d’adoption : le Peuple chinois. Oui, ce vécu demeure en moi et rejaillit en action de grâces et enthousiasme, comme un feu qui brule dans le cœur de chacune d’entre nous.

Et voilà. Ma barque continue à voguer. Elle est reliée au rivage par une corde tenue par Jésus Lui- même. La traversée ne fut pas de tout repos : vents et marées ont mis mon embarcation à l’épreuve. Aujourd’hui, je distingue mieux Jésus sur la rive, qui me fait signe tenant fermement la corde. C’est Lui qui tire la barque. Je comprends que je n’ai qu’à Le laisser faire jusqu’au moment de la Rencontre… Alors, sautant dans Ses bras, je pourrai Lui donner le bouquet que Lui-même a fait fleurir.

Pte sr Dominica-Pascale