Nouvelles

Recueillir nos pas

Après 70 ans de présence dans différents coins du pays, la dernière fraternité du Mexique a fermé : un accomplissement vécu avec gratitude et humilité. Les petites sœurs nous livrent le récit de cet à-Dieu.

« Tout ce qui est sous le soleil a un temps et une saison :
Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir » (Eccl. 3,1s).

Toute chose a un temps, se situe à un moment de la vie : l’ouverture et la fermeture d’une Fraternité sont d’une égale importance et méritent d’être vécues avec la même dignité, avec conscience et foi, comme faisant partie de la mission des Petites Sœurs.

C’est pourquoi nous avons décidé de marquer ces événements par un rite qui est célébré au Mexique lorsqu’une personne meurt et qui permet de « recueillir ses pas ». Avant l’enterrement, le cercueil est transporté dans les lieux où la personne a vécu, lieux qu’elle a traversés, habités et imprégnés de son âme. Ce voyage rétrospectif permet de prendre conscience de l’histoire de la personne et de clore en paix le cycle de sa vie afin qu’un autre puisse commencer.       
Nous avons adapté ce rite à notre situation et nous sommes parties en pèlerinage dans les différents lieux où nous avons été présentes à un moment ou l’autre des 70 ans de l’histoire de la Fraternité dans ce pays. Notre désir était, celui de « revenir -à notre tour-sur les pas de la Fraternité au Mexique » dans l’action de grâce et l’humilité C’était important, pour nous, d’aller prier dans les différents lieux d’insertion. C’est ainsi que nous avons préparé deux prières : l’une que nous avons priée avant de partir en pèlerinage, dans notre chapelle, et l’autre qui s’est vécue dans les différents lieux, en laissant une fleur et une bougie.

Nous nous sommes rendues dans quatre États du pays et dans treize lieux d’insertion. Nous sommes allées prier dans les maisons où nous avons vécu, sur nos lieux de travail et dans les églises que nous fréquentions autrefois., Nous avons remarqué qu’en tout lieu, dans l’histoire, NOTRE BOUSSOLE était toujours Jésus dans les pauvres, dans les personnes qui marchent à la recherche d’une terre, d’une maison, d’un travail. Oui, dans le passé, malgré nos limites nous nous sommes laissé guider par cette lumière. Nous avons vu et touché les changements dans chaque endroit : de petites maisons maintenant peintes, un canal d’évacuation des eaux usées maintenant propre et des moyens de transport sûrs.

Le long des routes, tant de perles précieuses et inattendues nous ont été données ! Ce pèlerinage a été, surtout, une expérience spirituelle. Nous avons pu faire mémoire, relire nos expériences, faire grandir en nous la gratitude. Nous réalisions combien il nous a aussi aidées à nous réconcilier avec un passé qui n’a pas toujours été facile. Nous nous tenons les mains vides devant le mystère, heureuses d’avoir fait mémoire du passé, de l’avoir célébré, d’avoir demandé pardon. Nous gardons dans notre cœur ce qu’un ami évêque nous a écrit : « Parfois, de notre petite perspective, nous avons l’impression que notre présence et nos actions restent seulement sur le Mont Calvaire : mort et solitude, semence tombée sur la terre dans l’obscurité et dans le silence en attente d’une vie nouvelle. Dans cette présence des Petites Sœurs de Jésus au Mexique, l’expérience de Frère Charles est vécue à nouveau, héritières fidèles de son charisme ! » Qu’il en soit ainsi ! AMEN. AMEN.

Ptes srs Giuseppina-Donata, María de Lourdes, Soun-Hwa