Nouvelles

Une lumière… malgré tout

Dernièrement, je suis habitée par un sens du provisoire et de l’incertitude qui me pousse à vivre avec plus de conscience le moment présent. La situation est vraiment préoccupante.

Nos évêques ont très bien résumé cela dans leur lettre de Noël : “Souvent, le peuple cubain sent qu’il est en train de marcher au milieu de la nuit. Cette dernière année a été très difficile parce que la situation de la nourriture, des médicaments et des services en général est dramatique. L’émigration croissante d’enfants, de jeunes, de familles entières, d’ouvriers et de professionnels ajoute à la souffrance du manque matériel, la douleur de la séparation et laisse beaucoup de personnes âgées dans la solitude et sans protection. Les salaires ne sont pas suffisants pour se nourrir comme il faut, sans parler des autres choses nécessaires aux êtres humains pour vivre avec dignité. Dans les familles et les communautés chrétiennes, ceux qui sont encore en prison nous manquent beaucoup . Dans le cœur et le visage d’un grand nombre de frères il y a confusion, tristesse et désespoir. L’économie n’avance pas comme on le prévoyait et la possibilité de nous enrichir avec une pluralité d’opinions et de pensées n’est pas reconnue ni suffisamment valorisée.”
Et pourtant, dans tout cela, Dieu ne se lasse pas de marcher à nos côtes, de nous soutenir et de se laisser révéler dans tant de rencontres quotidiennes.

Pte sr Roselène-Dominique partage : « En tant qu’aide familiale payée par l’État, depuis un an déjà, j’accompagne une personne dépendante et sans revenu. Travailler avec Magda [1], m’a donné la possibilité de connaitre sa voisine. Carmela est une femme à la fois très pauvre et très riche. Je la rencontre presque chaque jour, quand elle va chercher son pain ou le repas de la cantine. C’est elle qui, à chaque fois me salue la première, me demande comment je me sens… Nous cherchons toujours à parler un peu. Il s’agit d’une relation sans intérêts cachés. Je suis souvent émerveillée de voir comment, malgré tant de difficultés elle garde la paix, elle est capable de surmonter sa souffrance et arrive à sortir d’elle-même pour aller à la rencontre de l’autre. Dans mon pays, on aurait dit : ”Cette femme tellement bonne c’est Dieu en personne”. »   

Chaque soir, nous nous retrouvons pour relire le vécu de la journée. Nous réalisons alors que cette situation tellement compliquée n’arrive pas à éteindre la disponibilité de tant de personnes. Nous sommes témoins de tant de gestes de soin, de gratuité, d’attention envers les plus faibles. 
En contemplant jour après jour la semence du Royaume qui demeure vivante et féconde, nous apprenons à attendre avec patience, à regarder avec confiance, à nous engager avec responsabilité et audace. 

Pte sr Rosetta avec pte sr Roselène-Dominique


 [1] Les prénoms ont été changés pour respecter la vie privée des personnes.