Une simple journée

Nouvelles

Une simple journée

De nombreuses personnes vivent l’intuition de fr. Charles de Foucauld : c’est ce que découvre pte sr Norma de la fraternité de La Habana (Cuba).

« Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche publiera ta louange… »

C’est ainsi que, tous les matins, nous commençons notre prière alors que nous parviennent de nombreux bruits :  les voix des marchands de pain, la clochette du voisin qui salue ses divinités, les cris des coqs, des chats, des chiens, le glouglou de la cafetière, etc.

Cette certitude de fr. Charles que « Jésus a fait de la vie quotidienne le lieu de la rencontre avec Dieu » est, en fait, l’intuition de beaucoup de gens qui la vivent sans même le savoir juste à travers leurs rencontres et leurs échanges. Il suffit de sortir pour rencontrer en chemin ceux qui vont au travail, ou à la boulangerie acheter du pain pour le petit déjeuner ou le repas de midi. C’est la première queue de la journée… Au coin de la rue, Lazare raconte fièrement à ses amis les premières plaisanteries de son fils. Plus loin une femme indique à sa voisine où elle peut trouver de l’huile, du picadillo [un plat typique avec de la viande hachée] et des cigarettes tellement rares et précieuses ces jours-ci. Elle ajoute : « Tu ne trouveras pas beaucoup de variété, mais surement beaucoup de gens ».

L’après-midi, dans la cour de notre maison ou juste en face, de nombreuses personnes se réunissent pour prendre un peu d’air, jouer, boire, etc. Leurs voix, hautes ou basses, donnent un aperçu de leurs conversations… la vie bouillonne et ne se laisse pas abattre par les difficultés.

Le soir, après un moment de silence, nous prenons le temps de remercier pour ce que nous avons vécu : rencontres, visites, évènements, fatigues, joies… et enfin nous terminons par la prière d’abandon qui nous rappelle que nous sommes aimées du Père tout autant que ces jeunes qui sortent au coin de la rue avec leurs instruments, presque au moment où nous allons nous coucher. Oui, je vais au lit avec un cœur reconnaissant et avec le souhait que, ces jeunes aussi, dorment bientôt.

Pte sr Norma